À l’exemple de la Vierge Mère, le contemplatif est la personne centrée en Dieu. (VDQ 10)

Vocation: vers la sainteté

Imprimer

Bienheureuse Elisabeth de la Trinité et ses premiers jours au Carmel

J'ai trouvé mon Ciel sur la terre en ma chère solitude du Carmel où je suis seule avec Dieu seul. Je fais tout avec Lui, aussi je vais à tout avec une joie divine; que je balaye, que je travaille ou que je sois à l'oraison, je trouve tout bon et délicieux, puisque c'est mon Maître que je vois partout!(Ct 139)

Oh, vois-tu, tout est délicieux au Carmel, on trouve le bon Dieu à la lessive comme à l'oraison. Il n'y a que Lui partout. On le vit, on le respire. Si vous saviez comme je suis heureuse, mon horizon grandit chaque jour.(Ct 89)

Et c'est là notre vie au Carmel car, quoique la prière soit notre principale et même notre unique occupation, car la prière d'une carmélite ne cesse jamais, nous avons aussi des ouvrages, des actes extérieurs. Je voudrais que vous me voyiez à la lessive, toute retroussée et barbotant dans l'eau. Vous doutez de mon savoir en cette matière, et vous avez bien raison, mais avec Jésus on se met à tout, on trouve tout charmant, et rien n'est difficile et ennuyeux. Oh! qu'il fait bon au Carmel, c'est le meilleur pays du monde et je puis dire que je suis heureuse comme le poisson dans l'eau. (Ct 108)

Quelle heureuse surprise, une lettre de Sabeth en Carême! Vois-tu, le bon Dieu est bien bon et Notre Mère aussi, et ce sont eux qui m'envoient dire à mon tout-petit que jeudi ma prière sera bien intense et que je ne ferai plus qu'un avec toi, du reste cela ne sera pas nouveau, car, n'est-ce pas, nous ne nous quittons pas? Tu sais bien la prière que le Christ faisait à son Père: «Je veux qu'ils soient un, comme vous et moi ne sommes qu'un» Oh, alors, quand cet «un» est consommé entre les âmes, il me semble qu'il n'est plus de séparation possible; tu le sens bien, n'est-ce pas? Samedi  je vous suivais, mes chéries, je voyais ce train qui vous emmenait, mais il me semblait que vous ne vous éloigniez pas, car il en est Un qui est l'Immuable, Celui qui demeure toujours, et en qui nous nous trouvons toujours!...

si tu savais quel bon petit nid mon Bien-Aimé me préparait ici. Ah! ce Carmel, ce seul à seul avec Celui qu'on aime, si tu savais ce que c'est bon! Oui, c'est un Ciel anticipé. Ne soyez pas jalouses, mes chéries, Lui seul sait ce que j'ai sacrifié en vous quittant et, si son amour ne m'avait soutenue, s'Il ne m'avait serrée bien fort dans ses bras, ah! je sens bien que je n'aurais pas pu; je vous aime tant, et il me semble que cet amour grandit chaque jour, car Il le divinise!

J'ai passé des jours de carnaval délicieux, divins. Lundi et mardi nous avions le Saint-Sacrement à l'oratoire et dimanche au choeur; j'ai passé à peu près toute ma journée près de Lui et ma Guite était là avec moi, car il me semble que je la garde en mon âme. Il faisait bien bon, je t'assure, nous étions dans l'obscurité car la grille était ouverte, et toute la lumière venait de Lui. J'aime tant voir cette grande grille entre nous: Il est prisonnier pour moi, et je suis prisonnière pour Lui. (Ct 109)

vivons avec Dieu comme avec un ami, rendons notre foi vivante pour communier à Lui à travers tout, c'est ce qui fait les saints. Nous portons notre Ciel en nous puisque Celui qui rassasie les glorifiés dans la lumière de la vision se donne à nous dans la foi et le mystère, c'est le Même! Il me semble que j'ai trouvé mon Ciel sur la terre puisque le Ciel, c'est Dieu, et Dieu, c'est mon âme. Le jour où j'ai compris cela, tout s'est illuminé en moi et je voudrais dire ce secret tout bas à ceux que j'aime afin qu'eux aussi, à travers tout, adhèrent toujours à Dieu. (Ct 122)

Une carmélite, ma chérie, c'est une âme qui a regardé le Crucifié, qui l'a vu s'offrant comme Victime à son Père pour les âmes et, se recueillant sous cette grande vision de la charité du Christ, elle a compris la passion d'amour de son âme, et elle a voulu se donner comme Lui!... Et sur la montagne du Carmel, dans le silence, dans la solitude, dans une oraison qui ne finit jamais, car elle se continue à travers tout, la carmélite vit déjà comme au Ciel: «de Dieu seul». Le même qui fera un jour sa béatitude et la rassasiera dans la gloire se donne déjà à elle, Il ne la quitte jamais, Il demeure en son âme; plus que cela, tous deux ne font qu'Un. Aussi elle est affamée de silence afin d'écouter toujours, de pénétrer tours plus en son Etre Infini, elle est identifiée avec Celui qu'elle aime, elle le trouve partout, à travers toutes choses elle le voit rayonner! N'est-ce pas le Ciel sur terre! (Ct 133)

Auto Insurance Quotes