À l’exemple de la Vierge Mère, le contemplatif est la personne centrée en Dieu. (VDQ 10)

"Qui est celle-ci qui monte du désert, appuyée sur son bien-aimé?"
(Ct 8,5)

Mon temps de formation

Fascinée par Jésus le Crucifié  qui a accompli  le plan de Dieu le Père dans l’histoire et qui a donné sa vie pour instaurer son Royaume d’Amour, j’ai commencé à chercher ma place dans ce dessein de Dieu  et dans l’histoire concrète de ma vie.

Je parcourus un très long chemin de discernement avant d’entrer au Carmel, conduite par celui qui nous a promis d’être toujours avec nous, cette conviction  a été la force qui m’a soutenu tout au long de ma vie : « Dieu est toujours là, Il ne nous abandonne pas».

Une fois dans le Carmel,  contente, je me suis sentie à ma place mais ô merveille !  J’ai découvert que la recherche et le discernement continuaient. ! La formation liturgique, le chant monastique et le temps dédié à être seul à seul avec Dieu m’ont aidé à faire la transition entre le style de vie  à laquelle j’étais habituée, vers les formes d’une vie silencieuse et de recueillement propres à une vie contemplative centrée  sur l’écoute de Dieu.

Le silence et la solitude du Carmel m’ont permis de faire une expérience plus profonde d’Amitié avec Jésus, relation qui est au centre de notre spiritualité carmélitaine.  Cette Amitié grandit chaque jour et petit à petit elle nous ouvre  à l’incommensurable beauté de l’Amour de Dieu.

 Avant d’entrer au Carmel j’expérimentais la Vierge Marie comme ma mère mais : au Carmel Elle est devenue ma sœur et mon amie, ma confidente. Il m’a été une vraie joie de revêtir son scapulaire le jour de la prise d’habit, quand avec l’aide de mon directeur spirituel et de la maîtresse des novices nous avons discerné que le style de vie du carmel répondait à mon appel de consécration que Dieu me demandait.

Pendant le noviciat, la relation avec la maîtresse et les autres novices fut fondamentale pour découvrir la dimension ecclésiale du Carmel sous la forme de vie communautaire. Vie communautaire et prière sont les deux fondements de notre vie. La lecture et l’étude systématique de notre Mère Sainte Thérèse et de notre Père Saint Jean de la Croix m’ont permis  de  me connaître  en profondeur et ainsi s’est faite la       rencontre avec la Miséricorde divine. Trouver dans Jésus crucifié l’Amour Miséricordieux de Dieu le Père  a été une source du pardon et de miséricorde qui se répandait pour toute l’humanité. Arriver au moment de faire mes vœux dans le contexte de cette expérience, il m’a été permis de découvrir que c’est Dieu dans sa Miséricorde et sa Fidélité qui nous consacre; et  en chaque consacré Dieu renouvelle Son Alliance avec l’Église toute entière. En contemplant ce mystère d’Amour je me suis sentie très petite mais enveloppée dans ce grand Amour de Dieu pour nous.

Avec les vœux le sens d’appartenance à l’Ordre grandit. J’ai  expérimenté  la communauté comme le lieu où Dieu me parlait. À ce moment  là, Dieu est venu à ma rencontre avec une invitation nouvelle : Laisser mon pays, ma communauté, ma famille... pour venir à Nazareth. J’ai aperçu que l’œuvre de Dieu a des éclats de Croix. Il comporte en soi même le mystère de la douleur, la crise de la souffrance, j’ai senti dans  mon coeur la dichotomie : L’esprit est prompt mais la chair est faible. Je m’abandonnais dans les mains de Dieu en reconnaissant dans  la décision de ma communauté Sa Volonté.  On a décidé  mon transfert définitif à Nazareth. J’ai appris à embrasser la Croix et combien plus je l’embrasse et l’accepte; de plus, je trouve l’amour de Dieu caché dans ma vie.

Faire mes vœux ici à Nazareth a été pour moi une grande grâce, je suis émerveillée de voir la grandeur de l’Amour de Dieu vers sa petite et faible créature, ici je me sens enveloppée par le mystère de l’Incarnation ; vivre dans le village de Marie c’est me sentir envahie par son « oui ».  Partager ma vie de foi avec 16 sœurs venues de 12 pays différents avec des âges et des mentalités diverses mais avec un unique objectif : « L’union avec Dieu » c’est vivre en concret le miracle de la Pentecôte.

Ma communauté est un cadeau de Dieu, je me trouve entourée par des amies qui témoignent de Dieu, toujours elles sont prêtes à m’aider, avec elles je discerne la Volonté de Dieu qui s’accomplit dans l’histoire dans laquelle nous sommes appelées à vivre notre rôle personnelle et  communautaire en faveur de l’Église et du monde entier. Convoquées par Dieu à vivre notre vocation de carmélites à Nazareth nous nous sentons aussi unies par le lien d’une mission particulière en faveur de l’Église de Jérusalem et en faveur des peuples qui vivent en Terre Sainte sans oublier qu’ils portent déjà la saveur de l’Unité et de l’universalité.

Sr. Marie Cécile de la Miséricorde Divine (Colombienne)
Carmélite du Carmel de Nazareth

Auto Insurance Quotes