Vous embrasez le monde du feu de la vérité et de l'amour

Imprimer

Tout ce que vous êtes, tout ce que vous faites chaque jour, qu'il s'agisse de l'office psalmodié ou chanté, de la célébration de l'Eucharistie, des travaux en équipes fraternelles, du respect de la clôture et du silence, des mortifications choisies ou imposées par la règle, tout est assumé, sanctifié, utilisé par le Christ pour la Rédemption du monde.

Aux religieuses contemplatives à Lisieux

2 juin 1980

Mes chères Sœurs, j'éprouve maintenant une grande joie à visiter ce Carmel qui a été le cadre de la vie et de l'amour de Sainte Thérèse; de sa sanctification au milieu de ses sœurs, et qui doit demeurer un haut lieu de prière et de sanctification pour les Carmélites et pour les pèlerins. C'est de là que je voudrais vous affermir toutes dans votre vie contemplative absolument vitale pour l'Eglise et pour l'humanité.

Relevez le défi du monde contemporain et du monde de toujours, en vivant plus radicalement que jamais le mystère de votre condition tout à fait originale qui est folie aux yeux du monde et sagesse dans l'Esprit-Saint: l'amour exclusif du Seigneur et de tous vos frères humains en lui. Ne cherchez même pas à vous justifier ! Tout amour, dès lors qu'il est authentique, pur et désintéressé, porte en lui-même sa justification. A la suite des contemplatives et des mystiques de tous les temps, continuez d'attester avec force et humilité la dimension transcendante de la personne humaine, créée à la ressemblance de Dieu, et appelée à une vie d'intimité avec lui. Saint Augustin, au terme de méditations, nous assure que la béatitude de l'homme est là: dans la contemplation amoureuse de Dieu ! C'est pourquoi la qualité de votre appartenance d'amour au Seigneur, aussi bien personnel qu'au plan communautaire, est d'une extrême importance. La densité et le rayonnement de votre vie "cachée en Dieu" doivent poser question aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui, doivent poser question aux jeunes qui cherchent si souvent le sens de la vie. Les temps que nous vivons ont besoin de témoins autant que d'apologistes ! Soyez, pour votre part, ces témoins très humbles et toujours transparents !

Vous avez choisi de vivre, ou plutôt le Christ vous a choisies pour vivre avec lui son mystère pascal à travers le temps et l'espace. Tout ce que vous êtes, tout ce que vous faites chaque jour, qu'il s'agisse de l'office psalmodié ou chanté, de la célébration de l'Eucharistie, des travaux en équipes fraternelles, du respect de la clôture et du silence, des mortifications choisies ou imposées par la règle, tout est assumé, sanctifié, utilisé par le Christ pour la Rédemption du monde. Pour que vous n'ayez aucun doute à ce sujet, l'Eglise – au nom même du Christ – a pris un jour possession de toutes vos puissances de vivre et d'aimer. C'était votre profession monastique. Renouvelez-la souvent ! Et à l'exemple des saints, consacrez-vous, immolez-vous toujours davantage sans même chercher à savoir comment Dieu utilise votre collaboration. Alors qu'à la base de toute action il y a un but et donc une limitation, une finitude, la gratuité de votre amour est à l'origine de la fécondité contemplative. Une comparaison très moderne me vient à l'esprit: vous embrasez le monde du feu de la vérité et de l'amour révélés, un peu comme les maîtres de l'atome allument les fusées spatiales, à distance.

Aimez votre séparation du monde, tout à fait comparable au désert biblique. Paradoxalement, ce désert n'est pas le vide. C'est là que le Seigneur parle à votre cœur et vous associe étroitement à son œuvre de salut.